Réhabilitation de l'école Emile Sarr

Petite histoire d'une grande école...

En 1942, l’École Émile Sarr (anciennement École Brière de l’Isle) accueillait un élève hors du commun. Plus grand que tous ses autres camarades de classe, intelligent, assidu et travailleur selon ses professeurs, Abdou Diouf, alors âgé de 7 ans, faisait ses premiers pas dans le monde de l’éducation. Il commençait le long apprentissage qui allait le conduire à exercer les plus hautes responsabilités de son pays, le Sénégal.

L’École Émile Sarr a été construite en 1909, sur l’emplacement de l’ancienne école des Frères de Ploërmel, ouverte en 1857. Situé dans la partie nord de l’île de Saint-Louis, capitale de l’ancienne Afrique occidentale française, cet établissement a formé une partie de l’élite de la vie publique sénégalaise et internationale.

Outre Abdou Diouf, l’école a aussi accueilli une brochette de personnalités, de Lamine Guèye, premier Président de l’Assemblée nationale du Sénégal à Moktar Ould Daddah, premier Président de la République de Mauritanie, en passant par Amadou-Mahtar M’Bow, ancien Directeur général de l’Unesco, sans compter la dizaine de ministres ou d’anciens ministres sénégalais.

Comme surgie des eaux du fleuve Sénégal, Saint-Louis apparaît telle une Venise des sables. Le temps semble s'être arrêté pour cette belle coloniale à qui l'Histoire a légué un patrimoine unique.

 

356 élèves ont besoin de vous !

Car l’École Émile Sarr est menacée…

Plus de cent ans après sa construction, l’état vétuste du bâtiment menace la sécurité des enfants. Le bâtiment est victime d’un manque d’entretien et des effets de l’humidité, très présente sur l’île. Le toit n’est plus étanche, les plafonds se fendillent et certaines fenêtres ne ferment plus. L’école ne dispose pas de bibliothèque.

L’état du bâtiment oblige les autorités scolaires à fermer temporairement l’établissement ou à condamner certaines classes, notamment durant la saison des pluies. Les conditions pour un enseignement optimal ne sont plus réunies. Or, l’École Émile Sarr s’est forgé une solide réputation. Certains parents, malgré la distance, choisissent d’y scolariser leurs enfants. Aujourd’hui, elle accueille 356 élèves, âgés de 7 à 12 ans, et une douzaine d’enseignants. Elle dispense un enseignement élémentaire réparti en six niveaux, du cours d’initiation au cours moyen deuxième année.

 

 

Pourquoi réhabiliter l'Ecole Emile Sarr ?

 

Pour améliorer les conditions d’enseignement

Réhabiliter cette école, c’est tout d’abord assurer la sécurité des enfants et améliorer leur condition d’enseignement. C’est aussi soutenir, dans la foulée, une éducation de qualité au Sénégal, une des priorités du pays. Le taux de scolarisation au niveau primaire est passé de 60 % en 1991 à 94,2 % en 2012.
 
Mais il reste beaucoup à faire. La moitié de la population est encore analphabète. L’offre éducative est marquée, en outre, par une forte progression du secteur privé. Or, l’école Émile Sarr est une institution d’enseignement publique : sa réhabilitation permettrait de maintenir un libre accès à une éducation de qualité pour tous.
 

Pour restaurer un bâtiment classé au patrimoine mondial

Saint-Louis est l’une des plus grandes villes du Sénégal et, historiquement, l’une des plus importantes, comme en témoigne son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Parmi les nombreux établissements scolaires qui ont été construits à Saint-Louis au début du XXe siècle, l’École Émile Sarr se distingue par son architecture néo-gothique. Sa structure en pierres a bien résisté à l’épreuve du temps et de la salinité, mais il est nécessaire d’intervenir.
 

Pour rendre hommage à un grand démocrate

Réhabiliter l’ancienne École Brière de l’Isle représente un magnifique hommage au deuxième Président de la République du Sénégal. Ce geste pose également un jalon de plus sur le chemin de l’amélioration de l’accès et de la qualité de l’éducation primaire sénégalaise, sur lequel mon gouvernement s’est engagé de façon déterminée et prioritaire.

Son Excellence Monsieur Macky SALL,
Président de la République du Sénégal

Avant d’être élu Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf a occupé de hautes fonctions administratives et politiques dans son pays. À peine âgé de 35 ans, il est nommé Premier ministre, poste qu’il occupera jusqu’à la démission du Président Léopold Sédar Senghor qui avait vu en lui, dès les premières années, celui qui pourrait, un jour, lui succéder.

Comme Président de la République, Abdou Diouf a contribué à faire entendre la voix du Sénégal dans le monde et à faire de son pays une vraie démocratie. Il a également lutté pour une plus grande unité africaine, en assumant notamment les fonctions de Président en exercice de l’Organisation de l’unité africaine (aujourd’hui Union africaine) et de Président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

En 2002, Abdou Diouf est élu Secrétaire général de la Francophonie. Sous son impulsion, l’OIF s’est hissée au rang des institutions internationales de premier plan.

Abdou Diouf a non seulement rehaussé la visibilité des pays francophones, mais il s’est aussi beaucoup impliqué, grâce à sa magistrature d’influence, dans la promotion des droits de l’Homme et dans la résolution des conflits. Il a également fortement contribué à renforcer la coopération francophone en faisant de l’éducation et de la jeunesse ses priorités stratégiques.

 

Le projet de réhabilitation

Abdou Diouf quittera ses fonctions de Secrétaire général de la Francophonie le 31 décembre prochain, après avoir passé douze années à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Pour saluer son engagement remarquable tout au long de sa carrière, le Cercle des anciens et des amis de l’OIF (CADO) a décidé de se mobiliser et s'est donné pour objectif de réhabiliter l’École Emile Sarr.

En fonction des moyens financiers récoltés, la réhabilitation consistera à rénover le bâtiment historique ainsi que les deux annexes, en procédant, par ordre de priorité, à:

  • la réfection de la charpente et du toit ;
  • le remplacement des fenêtres et des volets ;
  • la sécurisation des planchers et des faux plafonds ;
  • la réfection des murs et des structures en béton ;
  • la mise aux normes du circuit électrique ;
  • la rénovation des sanitaires ;
  • l’équipement d’une bibliothèque. 
 

Les élèves ont besoin de vous...

Le CADO fait appel à la générosité des anciens et des amis de l’OIF ainsi qu’à ses partenaires, aux amis du Sénégal et de la Francophonie pour prendre une part active à ce chantier pour lequel se mobilisent plusieurs générations d’anciens élèves de l’École.
 
Nous aimerions pouvoir assurer l’un des postes de gros oeuvre qui sont prioritaires pour la continuité de l’enseignement et la sécurité des élèves :
 
- le remplacement des portes et fenêtres (48 000 €) ;
- la réfection des murs et des structures en béton (60 000 €) ;
- la réfection de la charpente et du toit (90 000 €) ;
... en plus de fournir l’équipement d’une bibliothèque (20 000 €).
 

Pour en savoir plus...

- Plaquette "Réhabiliter pour construire l'avenir
- Sur l'île de Saint-Louis (patrimoine mondial)
- Sur Saint-Louis du Sénégal (office du tourisme)
- Sur l'école Emile Sarr
- Sur l'inventaire architectural et urbain de l'île de Saint-Louis du Sénégal